Scènes cultes : cinquième

Des extraits de deux films cultes, cette fois-ci. Deux productions du studio Ghibli, deux films magistraux des génies Takahata Inao et Miyazaki Hayao, deux styles très différents. Tout un programme !
Totoro


Commençons par le bouleversant Hotaru no Haka, le Tombeau des Lucioles en Français. Sorti en 1988, ce bijou d'animation est un véritable pamphlet pacifiste, une peinture sombre, mélancolique et extraordinairement émouvante du Japon dans la Seconde Guerre mondiale.

Le scénario est adapté d'une nouvelle semi-autobiographique de Nosaka Akiyuki, écrite en 1967. Bien que résolument poétique, l'œuvre de Takahata est également très réaliste. C'est ce contraste entre le monde fantasmagorique de l'enfance et la dramatique réalité de la guerre qui est certainement le plus choquant et troublant dans Le Tombeau des Lucioles.

Peut-être l'un des plus beaux et assurément le plus triste, le plus émouvant des films d'animation que j'ai pu voir. À voir, c'est certain, mais vous êtes prévenus : on ne ressort pas indemne de ce film. Vraiment.

film_go.jpg Premier extrait

film_go.jpg Second extrait

(impossible d'intégrer directement ces vidéos, cette option a été désactivée sur demande)


Pour terminer sur une note plus joyeuse, un extrait d'un des chefs d'œuvre de Miyazaki, Tonari no Totoro (Mon Voisin Totoro), daté lui aussi de 1988.

J'ai choisi ce film car, s'il s'agit certainement d'un des plus "enfantin" du réalisateur, c'est aussi l'un des plus émouvants. Véritable conte de fées, Totoro est également une superbe évocation de l'enfance, empreinte d'une grande nostalgie et d'une "naïveté" des plus attachante.

On ne peut que se laisser porter par cette fable visuellement magique et bercer par la bande originale extrêmement réussie. Comme dans toutes les œuvres de Miyazaki, la nature est très présente dans ce film, elle y possède même un rôle central.

Un immense classique, à (re)découvrir, en famille ou non.