Scènes cultes : vingt-cinquième

Déjà vingt-cinq articles consacrés à mes scènes favorites de films aussi divers que Terminator, Blade Runner, Le Seigneur des Anneaux, Sacré Graal, Heat ou encore Willow ! Dans le lot, très peu d'animation, alors que je suis un adepte du genre. Étonnant. Pour combler ce manque, voici un petit tour d'horizon de l'un des chef-d'œuvre de Miyazaki, Princesse Mononoké.

Princesse Mononoké

Parler une fois encore de chef d'œuvre peut sembler redondant, et l'accumulation de superlatifs à propos de ce formidable long-métrage d'animation finirait par paraître bien fade au regard de tout ce que j'ai pu écrire au cours des 24 articles précédents. C'est le souci de ne traiter que de ce qui forme, à mon sens, le meilleur du cinéma : tout est bon. Pourtant, Princesse Mononoké mérite bien des éloges. De sont titre original Mononoke-Hime, le film produit en 1997 a été un succès colossal au Japon. Il est sorti en France le 12 janvier 2000 et a rencontré un succès d'estime en salle. Ce n'est que plus tard qu'il a vraiment conquis le public hexagonal, qui n'avait peut-être pas encore pris le pli d'aller voir un anime au cinéma. Quoiqu'il en soit, Mononoké est aujourd'hui l'une des références du public (averti) en matière d'animation. Il faut dire que le film possède de nombreuses qualités.

En premier lieu, il s'agit d'une réalisation assez "adulte" de Miyazaki Hayao. Même si des enfants peuvent tout à fait voir le film (avec à mon avis une limite d'âge, mais passons), nous ne sommes pas en face de Mon voisin Totoro ou, dans une moindre mesure, du Voyage de Chihiro. Ici, certaines scènes sont assez violentes et le message reste plutôt difficile à appréhender. Avis à tous les parents qui souhaiteraient montrer du Miyazaki à leur jeune progéniture : préférez-lui d'autres œuvres ! Par contre, si vous avez plus de 4 ans, que vous voulez voir un anime d'une qualité exceptionnelle, qui traite de questions comme la dualité nature/culture ou encore tradition/modernité, ce film est pour vous. Oui, je sais, ça surprend un peu que j'aborde des concepts de ce style. Il faut dire qu'il y a quelques années, j'ai rédigé un mémoire de maîtrise sur les représentations de la ville au Japon dans les manga et les anime, donc j'ai un peu eu le loisir d'étudier ce type de questions. Ce qui s'avère très intéressant, je vous l'assure.

Princesse Mononoké
Bref, Princesse Mononoké est une œuvre qui traite avant toute chose d'écologie, sujet cher à son réalisateur. C'est d'ailleurs certainement l'un de ses films qui le fait le plus directement : l'homme a poussé le bouchon un peu trop loin dans sa soif de domination sur le Nature, et celle-ci commence à rendre les coups. On retrouve des éléments très japonais dans le récit, comme les kami, personnifications des forces naturelles qui peuvent être bénéfiques mais aussi terribles. Voici le synopsis (source : Allociné) :

Au XVe siècle, durant l'ère Muromachi, la forêt japonaise, jadis protégée par des animaux géants, se dépeuple à cause de l'homme. Un sanglier transformé en démon dévastateur en sort et attaque le village d'Ashitaka, futur chef du clan Emishi. Touché par le sanglier qu'il a tué, celui-ci est forcé de partir à la recherche du dieu Cerf pour lever la malédiction qui lui gangrène le bras.

Je ne rentrerais pas plus dans les détails pour ne pas spoiler. Sachez juste que le scénario est vraiment intéressant. Comme la réalisation technique est absolument magistrale et que Joe Hisaishi a une fois encore signé une bande originale magnifique, je ne vois vraiment pas ce qui m'empêcherait de vous recommander très chaudement Princesse Mononoké ! Si mon avis ne vous suffit pas (mécréants !), lisez plutôt ces quelques critiques...

Voici les vidéos que j'ai choisies. Une fois encore, j'ai fait avec les moyens du bord, selon ce que j'ai pu trouver sur le web. Du coup, je n'ai même pas de vrai extrait, seulement une bande-annonce, une critique vidéo et deux morceaux d'OST. D'un autre côté, comme ça il n'y a pas trop de spoil, ce n'est pas forcément plus mal ! Pour des images de qualité, achetez donc le DVD !









Totoro