Orques doivent mourir

Il y a parfois des jeux, comme ça, on sent qu'on va bien les aimer. Parfois on se trompe, on est déçu et en colère. D'autres fois, heureusement, le titre se révèle encore meilleur qu'on ne l'avait imaginé ou, au moins, conforme à nos attentes. Orcs must die m'a fait de l’œil sur steam pendant quelques semaines, j'ai testé la démo dès qu'elle a été disponible... de quelle catégorie précédemment évoquée fait-il partie ? Il va falloir lire la suite pour le savoir. Hin hin hin.

Orcs must die

Reprenons au test de la démo, et révélons dès maintenant un indice sur la qualité du soft : dans la foulée, j'ai acheté le jeu. Je pourrais certes m'arrêter à ça pour vous dire qu'il faut acheter Orcs must die, mais je sens que ça ne serait pas franchement bien accueilli. Je développe un peu, donc.

Orcs must die est un jeu indépendant (encore un), développé et édité par Robot Entertainment, disponible sur Steam, XBox Live (le titre est également présent sur la console de Microsoft) ou Onlive. Il s'agit d'un jeu que l'on pourrait raisonnablement classer en "action/stratégie", voire "réflexion", même si ça peut faire sourire de prime abord. Pour les connaisseurs, il s'agit d'un dérivé de tower defense, en vue immersive à la troisième personne. Le pitch : vous devez défendre plusieurs forteresses contre les assauts des hordes d'orques (et autres créatures), à l'aide de pièges, de gardes et de l'arsenal offensif de votre personnage.

Orcs must die
Le jeu est très peu scénarisé et les quelques "cinématiques" sont avant tout portées sur l'humour. Car le jeu, malgré son côté extrêmement gore, est un jeu comique. Déjà, le "héros" est un parfait crétin, multipliant les réflexion idiotes. Il est également irrévérencieux et imbu de lui-même. Bref, le parfait anti-héros. Mais il est le dernier de son Ordre, chargé de défendre les failles entre notre dimension et celles des démons (et des orques) et il est fidèle au poste. L'effet comique est également produit par les pièges, tous plus sadiques et drôles les uns que les autres. Un exemple : le trampoline, qui catapulte les orques marchant dessus dans une trajectoire oblique du plus bel effet. De préférence vers de la lave ou de l'acide. Car, oui, le jeu est plutôt trash, comme vous pouvez le constater sur les screenshots accompagnant ce billet. Sachez-le, avant d'offrir Orcs must die à votre petit cousin de 5 ans.

Orcs must die
D'un point de vue technique, le titre est solide. À part quelques petits ralentissements, très rares, je n'ai rencontré aucun problème. Pas un seul retour bureau, par de bug d'affichage... stable et bien développé. En plus, c'est graphiquement réussi, le côté cartoon masquant le manque de moyens. Compte-tenu du fait qu'il s'agit d'un jeu indé, c'est vraiment une réussite. Tout le reste est bon également, des voix à la musique, en passant par les bruitages d'orque broyé.

Orcs must die
Il n'y a en fait qu'un seul mode de jeu, en solo. C'est là d'ailleurs le seul gros défaut que je puisse trouver à Orcs must die. Un mode coop aurait vraiment été excellent, d'autant que le concept s'y prête vraiment. En l'état, il est juste possible de comparer ses scores avec ses amis ou l'ensemble des joueurs de par le monde. C'est un peu léger, mais gageons que les développeurs corrigeront certainement le tir dans un prochain jeu, d'autant qu'ils devraient engranger un peu de subsides grâce à ce premier titre qu'ils éditent eux-mêmes. En effet, il faut savoir que les petits gars de Robot sont également les auteurs d'Age of Empire III, Halo Wars et plus récemment Age of Empires Online, pour le compte d'éditeurs "mainstream".

Orcs must die
Alors, Orcs must die, à acheter ou pas ? Clairement oui, du moment que vous aimez tuer plein de créatures plus ou moins vertes, de plein de façons différentes et souvent très sales. Les pièges sont variés, et ils peuvent être améliorés de façon persistante, apportant un petit côté RPG bienvenu. Ils sont en tout cas très amusants, à l'image de mon préféré, la "Masse métronome" : une énorme boule de fer hérissée de pointes qui démembre tout un groupe d'orques en une seconde... oui, il faut certainement être un brin sadique pour apprécier le jeu. Honnêtement, qui ne l'est pas ? En plus c'est un excellent défouloir après une rude journée. Pour moins de quinze euros, Orcs must die mérite vraiment qu'on l'achète. Ou au moins qu'on teste la démo, disponible sur Steam...